L'avenir du re-commerce dans le secteur du Retail

L'avenir du re-commerce dans le secteur du Retail

Lors du NRF Retail’s Big Show 2020, les dirigeants de ThredUp, Rebag, Rent the Runway et Nuuly, d'Urban Outfitters, ont discuté du rôle de l'économie circulaire.

L'économie circulaire, qui comprend les services de revente et de location, a bouleversé plusieurs segments de l'industrie en 2019 et reste la priorité des retailers pour l’année 2020.

Selon le rapport sur les tendances 2019 de la plateforme de revente ThredUp, la revente a augmenté 21 fois plus rapidement que le marché de l'habillement au cours des trois dernières années, et devrait atteindre les 51 milliards de dollars au cours des trois années à venir. La plateforme de revente a également constaté que les consommateurs étaient plus disposés à acheter dans leurs magasins préférés si une remise était proposée.

"Cette année, rien qu’aux États-Unis, plus de 60 millions de femmes achèteront d'occasion. Cela représente une réelle augmentation par rapport aux 40 millions d'il y a quelques années à peine. Un membre sur trois de la génération Z achètera en seconde main", a déclaré le président de ThredUp, Anthony Marino, lors d'une table ronde au NRF Retail’s Big Show.

Bien que le re-commerce s'infiltre dans pratiquement tous les segments de l'industrie, c’est le marché du luxe qui pourrait tirer le plus d'avantages de ce modèle de consommation. Un rapport d'Accenture Strategy et de Fashion For Good a en effet révélé que les marges opérationnelles du re-commerce pour les secteurs du luxe, du premium et du milieu de gamme étaient respectivement de 39%, 28% et 22%.

D’après le fondateur et PDG de Rebag, Charles Gorra, si le luxe était jusque-là réservé à une poignée de personnes, le monde est désormais prêt pour cette prochaine génération de clients, qui ne peuvent peut-être pas acheter le produit au prix fort, mais qui, grâce aux moyens de revente, peuvent acheter ce produit et "goûter à l’expérience".

Contrairement à d’autres acteurs du secteur, Rebag n'est pas une marketplace de particulier-à-particulier. L'entreprise achète elle-même des biens usagés auprès des consommateurs pour les vendre sur sa plateforme. Rebag a également mis en place ses propres mesures d'authentification. "Nous sommes très respectueux de l'éthique des marques ... nous contrôlons toute l'expérience", a déclaré Charles Gorra.

Dans le passé, les marques de luxe ont scruté les pratiques d'authentification des vendeurs extérieurs, les accusant de ne pas respecter les mêmes normes qu’elles. En 2018, Chanel a notamment poursuivi la plateforme de revente en ligne The RealReal, l’accusant de vendre de faux sacs à main sur son site Web.

La tendance du re-commerce est poussée à la fois par la sensibilisation des consommateurs à l'impact environnemental de leur comportement d'achat, et par leur volonté de renoncer à la propriété pour privilégier l'accès aux produits.

"Nous avons toujours été convaincus que la fierté de la propriété est en train d'être remplacée par la fierté de l'accès", a déclaré Jennifer Hyman, PDG de Rent the Runway, lors d'un autre panel de la NRF. Rent the Runway, a-t-elle déclaré, permet aux consommateurs de "séparer l'acte de porter de l'acte de posséder".

"Je dis toujours que Rent the Runway est une mode plus éphémère pour le 21e siècle, et ce que nous prouvons, c'est que éphémère et durable ne sont pas forcément incompatibles", a indiqué la PDG.

Les retailers traditionnels tirent également parti de l'économie circulaire, que ce soit par le biais de partenariats ou d’initiatives internes. ThredUp par exemple, dans un geste qui en a surpris certains, s'est associé aux grands magasins J.C.Penney et Macy's en 2019.

"Nous sommes maintenant dans plus de 100 magasins. Et je pense que vous commencerez à voir de plus en plus de ces collaborations à l'avenir", a déclaré James Reinhart, PDG de ThredUp. D’après lui, il pourrait s’agir de nouvelles collaborations dans des grands magasins, ou dans des magasins de plus petit format, comme Madewell.

Les distributeurs spécialisés voient également le potentiel de l'économie circulaire. Urban Outfitters par exemple a pénétré le marché de la location l'année dernière avec Nuuly. Le service par abonnement coûte 88 $ par mois et permet aux consommateurs d'accéder à six articles de "créateurs prometteurs, de marques emblématiques, de trouvailles vintage uniques et de notre propre famille de marques : Anthropologie, Free People et Urban Outfitters", a déclaré la société. Jusqu'à présent, le service n'a pas conduit à la cannibalisation du cœur de métier de l'entreprise.

"Nous avons vu que dans la plupart des cas, les clients qui louent chez nous continuent également d'acheter nos autres marques et, dans certains cas, de manière encore plus importante", a déclaré Dave Hayne, Directeur numérique de Urban Outfitters et président de Nuuly, lors d’un panel.

La tendance s'étend également au-delà du marché des vêtements et accessoires. Les marques Feather et Fernish ont construit leurs entreprises autour de la location de meubles aux consommateurs. Quant à Ikea, l'entreprise teste cette année la location de meubles sur 30 marchés , après avoir initialement piloté le service en Suisse l'année dernière.

La mission de ThredUp à ses débuts était d’amener les consommateurs à penser "seconde-main" en premier, a déclaré Anthony Marino. "En tant que retailer, vous pouvez participer [à cette tendance] ou bien prétendre qu’il n’en est rien."

 

source: retaildive

Author