5 retailers gagnants malgré de la crise

5 retailers gagnants malgré de la crise

La crise sanitaire liée au Coronavirus a provoqué de très importantes perturbations dans le monde du retail et de l’industrie. Malgré cela, un petit nombre d'entreprises ont non seulement su rester à flot, mais elles ont également su tirer parti de cette crise pour prospérer.

La pandémie a perturbé pratiquement tous les secteurs de l'industrie et du retail et a fait naître un niveau d’incertitude jusqu’alors jamais atteint.
 
Entre les problèmes d'offre et de demande, le ralentissement économique et la fermeture temporaire et massive des magasins jugés non essentiels, les effets des sept derniers mois ont été largement préjudiciables pour un grand nombre d’enseignes.

Beaucoup de retailers ont malheureusement dû déposer le bilan au cours de cette année et d’autres subissent encore les effets néfastes de plein fouet.

Pourtant, certains ont su tirer leur épingle du jeu et ressortent aujourd’hui plus forts de cette crise.

Bien qu’elle ne soit pas exhaustive, notre liste de « bénéficiaires improbables » de la pandémie compte des entreprises venant de plusieurs secteurs du retail, dont ceux ayant été les plus durement touchés par la crise.

Chewy

Les magasins spécialisés dans la vente de produits pour animaux de compagnie sont moins touchés par la crise de la Covid-19, malgré les réductions budgétaires touchant de nombreux consommateurs. Cela tient surtout au fait que les animaux de compagnie sont maintenant considérés comme des membres à part entière de la famille. Les propriétaires sont donc prêts à payer pour ce qu'ils pensent être le mieux pour leurs compagnons.

L’enseigne Chewy profite de l'avantage supplémentaire d'opérer exclusivement en ligne à un moment où les consommateurs recherchent des alternatives aux achats en magasin. Selon une enquête Gartner, 46% des consommateurs ont augmenté la fréquence de leurs achats en ligne entre mars et mai, alors que dans le même temps, 63% des personnes interrogées indiquent avoir diminué la fréquence de leurs achats en magasin.

Les animalerie traditionnelles ont été autorisées à rester ouvertes pendant les fermetures massives des commerces parce qu'elles font partie des enseignes répondant à des besoins essentiels, mais elles ont tout de même dû faire face à des baisses de trafic. Les ventes d’enseignes telles que PetSmart, Petco, PetValu et Pet Supplies Plus ont diminué fin mars et début avril, alors que les ventes de Chewy ont augmenté de 28,7%, selon Earnest Research.

« Le positionnement avantageux de Chewy dans la course de l'industrie des animaux de compagnie vers l’e-commerce, notre culture de l'innovation et l'attention particulière que nous portons à l'expérience client ont permis d'enregistrer un nouveau trimestre de surperformance », a déclaré le PDG de Chewy, Sumit Singh, dans une déclaration sur leurs résultats du deuxième trimestre, faisant état de records en matière de croissance des ventes et de nouveaux clients. « Alors que le commerce en ligne subit de profonds changements, les courbes de croissance habituellement enregistrées sur plusieurs années ont été concentrées sur des périodes mesurées en trimestres, voire en mois. »

Au cours de son dernier trimestre, Chewy a déclaré que ses ventes nettes avaient augmenté de 47% pour atteindre 1,7 milliard de dollars, dont 1,2 milliard de dollars (soit 68,3%) pour les ventes en ligne avec livraison à domicile. Chewy a également vu le nombre de ses membres actifs augmenter de 37,9% par rapport à l'année précédente, pour atteindre 16,6 millions. Selon M. Singh, les nouveaux clients du retailer au premier et au deuxième trimestre ont dépassé le nombre total de nouveaux clients enregistré en 2019.

Lululemon

Le secteur de l'habillement a sans aucun doute été l'un des plus durement touchés par la crise sanitaire. En avril, un mois où la plupart des magasins jugés non essentiels ont été fermés, la vente au détail dans de nombreux secteurs clés a observé une chute de 16%, dont une chute de 89% chez les enseignes spécialisées dans la vente de vêtements et d'accessoires.

Même au cours des derniers mois, avec la réouverture des magasins, le secteur de l’habillement a continué de souffrir. En août, les ventes de vêtements étaient en baisse de 24% par rapport à l'année dernière.

Les retailers du secteur de la mode ont continué d'enregistrer de fortes pertes de revenus. Mais parmi ceux en difficulté, un retailer a profité des changements brutaux provoqués par la pandémie : Lululemon.

La marque, qui vend des articles qui se situent entre l'athlétisme et l’athleisure, a su capitaliser sur la démocratisation du travail à domicile.

Alors que la Covid-19 se répand, le PDG Calvin McDonald a réitéré fin mars l'intention de la société de s'en tenir à son plan de croissance "Power of Three", qui prévoit de doubler son chiffre d’affaires sur les articles Hommes et le numérique d'ici 2023 et de quadrupler son CA à l’international.

« Nous avons eu une extraordinaire prise de vitesse face à la situation actuelle » a déclaré M. McDonald à l'époque. « Et il n'y a rien qui, à mon avis, ne changera fondamentalement notre capacité à retrouver cet élan. »

Le retailer a également racheté la plateforme d'entraînement à domicile Mirror en juin pour 500 millions de dollars, ce qui l'a aidé à tirer davantage parti des consommateurs choisissant de faire la plupart de leurs activités à domicile pendant la pandémie.

Au cours de son dernier trimestre, Lululemon a enregistré une hausse de 2% de ses recettes nettes, qui se sont élevées à 903 millions de dollars. Ses ventes en e-commerce ont augmenté de 155% par rapport à l'année précédente, pour atteindre 554 millions de dollars. Le retailer continu cependant de penser que sa force réside dans sa présence en magasins physiques malgré la pandémie. L’enseigne a déclaré qu'elle augmenterait ses pop-up stores sur la période des vacances pour passer de 50 à 70 emplacements.

« Nous continuons de croire que les magasins physiques sont et seront toujours une partie extrêmement importante de notre écosystème », a déclaré M. McDonald. « Ils permettent bien plus que le simple achat de vêtements par nos clients. Nos magasins sont notre plaque tournante locale pour nos communautés à travers le monde, ils sont des lieux pour nos ambassadeurs, notre connexion avec les studios locaux, ils facilitent les transactions e-commerce via le ship-from-store et le click-and-collect, offrent des opportunités et constituent un portail pour attirer de nouveaux clients vers notre marque, en particulier les hommes. »

Dick's Sporting Goods

Au début, la pandémie n'a pas donné de coup de fouet aux ventes d’articles de sport de la marque Dick's. Au cours du second trimestre, le retailer a déclaré que ses ventes nettes avaient chuté de 30,6% à 1,3 milliard de dollars, tandis que ses ventes en magasins avaient chuté de 29,5 %, en grande partie à cause des fermetures temporaires de tous les magasins au début de la crise.


Cependant, Dick's a pu rebondir au deuxième trimestre grâce à l'augmentation de la demande des consommateurs, dû à l’apparition d’un vif attrait pour l'entraînement à domicile et les équipements sportifs.

Selon une étude NPD Group, les ventes de buts et de filets pour divers sports ont augmenté de 38% en mars par rapport à l'année dernière, pour atteindre 13,5 millions de dollars, tandis que les ventes de ballons de basket et de football ont connu une croissance à deux chiffres. L'entreprise a également fait état d'une augmentation de 130 % en ce qui concerne les ventes d'équipements de fitness.

« L'industrie du sport connaît une croissance sans précédent et une forte demande sur des produits spécifiques suite au séjour forcé et prolongé à la maison », a déclaré Matt Powell, conseiller principal de l'industrie pour la pratique sportive de NPD, dans un communiqué. « Le changement de mode de vie des consommateurs résultant des circonstances actuelles a placé l'industrie du sport dans une position unique par rapport à la plupart des autres industries. Je pense que nous allons assister à un regain d'intérêt pour la santé et la forme physique sur le long terme. »

En août, Dick's a publié ses meilleurs résultats trimestriels en termes de bénéfices et de ventes, grâce à cette nouvelle tendance, avec une augmentation de 20,7% des ventes au cours du deuxième trimestre et une hausse de plus de 20% des ventes nettes, pour atteindre 2,7 milliards de dollars. Les ventes en ligne du retailer, qui comprennent l’option de retrait sans contact, ont augmenté de 194% au cours du trimestre.

« Ce succès sur les ventes en ligne est le résultat direct des investissements que nous avons faits au fil des ans en matière de technologie et d'exécution, ainsi que d'une meilleure intégration de nos canaux numériques et physiques », a déclaré Lauren Hobart, présidente de Dick's Sporting Goods.
 

BJ's Wholesale

BJ's s'est toujours davantage orienté vers l'épicerie et s'est engagé l’an dernier à étoffer son offre, ce qu’il a fait alors que les consommateurs faisaient leurs provisions pendant la pandémie.

Au deuxième trimestre, le retailer a déclaré que les ventes comparables de sa division épicerie avaient augmenté de 25%, tandis que les ventes globales (hors essence) avaient augmenté de 24,2%, ce qui inclut une croissance des ventes en ligne de plus de 300%. BJ’s a également déclaré que ses ventes nettes avaient augmenté de 18,4% pour atteindre 3,9 milliards de dollars et que le bénéfice net avait augmenté de 95,5%, pour un total de 106,6 millions de dollars.

« Nous avons réalisé un trimestre remarquable avec une forte croissance des ventes et une rentabilité record », a déclaré le président et directeur général de BJ’s, Lee Delaney, dans un communiqué. « Notre entreprise a été transformée et renforcée au cours des six derniers mois sur tous les plans. Nous sommes extrêmement bien positionnés pour continuer à gagner en investissant dans le numérique, l'adhésion de clients, l'assortiment, le marketing et l'expansion géographique afin d'accélérer davantage cette transformation. »

Pour permettre une croissance continue de son activité digitale, BJ's a déployé en août des services drive dans ses 219 magasins, ce que son plus grand rival Costco n’est pas encore parvenu à offrir à ses clients.

Lors d'un appel avec des analystes pour discuter des résultats du deuxième trimestre, le directeur financier M. Bob Eddy a déclaré que le nombre d'adhésions payantes avait augmenté de 10,6% par rapport à l'année dernière pour atteindre 6 millions.

« Nous ne sommes pas la société que nous étions il y a six mois, six trimestres ou six ans. Nous profitons d’un grand nombre de nouveaux clients et nous accélérons les investissements pour améliorer toutes les facettes de notre activité », a déclaré M. Eddy.
 

Target

L’augmentation des ventes de la grande distribution était bien évidemment attendue, car les consommateurs ont régulièrement fait des provisions de produits essentiels proposés par ces grandes surfaces. Et si Amazon et Walmart ont également bénéficié d'une forte impulsion durant la pandémie, les offres de Target en matière de gestion des commandes ont contribué à en faire une enseigne de commerce en ligne très appréciée.

Target a enregistré un deuxième trimestre très solide. Il a ainsi observé une croissance de ses ventes jamais enregistrée jusqu’alors, avec une augmentation de 24,3%. Ses ventes en magasin ont augmenté de près de 11%, tandis que ses ventes en ligne ont progressé de 195%. Mais la plus forte croissance concerne les ventes avec services de livraison pour le jour même, qui comprennent les services Pick Up, Drive Up et Shipt de l’enseigne, et qui ont augmenté de 273%.

« L'offre omnicanale forte de Target, qui permet aux consommateurs de recevoir des produits de nombreuses façons, y compris la collecte en magasin et le retrait drive, a pris tout son sens », a déclaré le directeur général de GlobalData Retail, Neil Saunders. « Pour de nombreux retailers, des services tels que la collecte drive étaient de nouvelles innovations au cours des derniers mois ; pour Target, ils constituaient déjà des éléments bien établis dans son business model. Au cours du trimestre, plus de 90% des ventes ont été réalisées par un magasin physique d'une manière ou d'une autre, ce qui a permis à Target de faire face à l'énorme pic de la demande et de le faire de manière rentable ».

L’enseigne a déclaré fin du septembre que 10 millions de nouveaux clients avaient consulté son site web et que la demande pour ses services de livraison le jour même avait quadruplé au cours du premier semestre 2020.

Pour se préparer à la très importante saison des fêtes, Target s'est engagé à maintenir son recrutement « à égalité » avec les 130 000 vacanciers de l'année dernière et prévoit de doubler le nombre d'employés dédiés à ses services Pick Up et Drive Up.

 

Pour aller plus loin, découvrez dans notre Livre Blanc "Quel Retail post-Covid" réalisé avec l’Institut du Commerce Connecté notre « check-list » des bonnes pratiques pour actionner l'après-covid : 

 

source : retaildive

Author