Les PSAD et la télémédecine pour faire face aux retombées du Covid-19

Les PSAD et la télémédecine pour faire face aux retombées du Covid-19

La première vague de victimes du Covid-19 sont les personnes directement touchées par le virus, celles qui contribuent chaque jour à l'augmentation du nombre de morts dont le bilan défile chaque jour sur les bandeaux des journaux télévisés. La deuxième vague de victimes, quant à elle, n'a pas encore reçu beaucoup de temps d'antenne.

Et c'est justement cette deuxième vague qui inquiète certains initiés de l'industrie de la santé à domicile.

Lorsque les chirurgies électives (c.-à-d. non urgentes) ont été interrompues à la mi-mars aux États-Unis, l'intention était claire : économiser la capacité et les ressources hospitalières pour l'afflux de patients atteints du Covid-19 à venir. Pourtant, ce qui n'était pas clair, c'était les conséquences inattendues qui surgiraient à cause de cette stratégie entièrement focalisée sur le Covid-19.

Ces conséquences involontaires, qui deviennent de plus en plus évidentes de jour en jour, sont doubles. D'une part, les patients ne reçoivent pas de chirurgies qui ont été qualifiées d'« électives », mais qui en réalité ne le sont pas. De l'autre, les gens ont peur d'aller à l'hôpital ou de recevoir un traitement par crainte de contracter le virus ou de devenir un fardeau inutile pour le système.

Ces retombées créent un scénario terrible pour certains prestataires de soins à domicile : à court terme une baisse importante du volume de visites  - et à long terme une population avec des maladies plus aiguës à soigner. « [Cette retombée] devrait tous nous préoccuper », a déclaré William A. Dombi, président de la National Association of Home Care & Hospice (NAHC).

Définir les chirurgies « électives »

Alors que les inquiétudes montaient quant à savoir si les systèmes de santé seraient submergés par les patients atteints du Covid-19, les chirurgies électives et une multitude d'autres services de santé ont été relégués au second plan.

« Je pense que le problème est survenu parce qu’une approche universelle était trop largement utilisée », a expliqué Sharmila Dissanaike, directrice de la chirurgie au Texas Tech University Health Sciences Center. « Si vous anticipez une montée subite de cas de Covid-19, alors essayer d'obtenir une intervention chirurgicale urgente rapidement est une meilleure approche que de la retarder indéfiniment. Toutes les opérations électives ne sont pas égales, ni toutes vraiment électives. »

« Les chirurgies urgentes incluent par exemple les opérations contre le cancer », a déclaré Sharmila Dissanaike, notant qu'une approche plus proactive empêcherait également toute « pénurie » des fournitures d'équipement de protection individuelle (EPI).

Au lieu de stratégies universelles et de conseils de la part des décideurs politiques en matière de soins de santé, les chirurgies électives auraient dû être - et devraient être - traitées différemment en fonction des circonstances uniques d'un marché donné.

« [Vous devez] trouver une solution qui permettra de faire ce qu'il faut pour tous vos patients autant que vous le pouvez », a déclaré Sharmila Dissanaike. « Parce que sinon, vous créez une seconde catégorie de victimes, qui sont des patients non atteints du Covid-19 n’ayant pas reçu les bons soins parce que nous étions tous concentrés uniquement sur le Covid-19. Et c’est une chose que vous voulez éviter autant que possible. »

Souvent, les responsables gouvernementaux et les dirigeants du système de santé qui prennent ces décisions difficiles préfèrent une approche en noir ou blanc. Mais opérer dans le gris pourrait signifier la vie ou la mort pour les patients souffrant d'effets secondaires dus à une intervention retardée. « Je pense que l’on va reconnaître qu'une grande partie de ces choses qui ont été reportées ou qualifiées d’”électives” sont encore extrêmement importantes », a déclaré William A. Dombi.

Du point de vue de la santé à domicile, l'expression « procédure élective » concerne  habituellement des chirurgies de la hanche et du genou. Mais le report des procédures électives et d'autres services a des conséquences beaucoup plus larges.

Les prestataires de santé à domicile s'occupent par exemple du soin de plaies post-opératoires. Les soins à domicile des plaies ne représentent pas une chirurgie élective ni un service toujours essentiel, mais aident généralement à prévenir l'aggravation de l'état des patients.

« Si nous ne trouvons pas d’endroits et de moyens de dispenser ces soins qui permettent de garder le patient hors de l’hôpital, amener un patient - qui aurait pu être soigné à son domicile - à se rendre aux urgences serait le pire des scénarios », a déclaré Sharmila Dissanaike. « Car les patients seraient exposés à un risque beaucoup plus élevé de contracter le virus. Et même s’ils ne l’attrapent pas, ils peuvent le ramener chez eux. Nous devrions donc tous nous efforcer de garder les patients loin des urgences en les traitant en clinique ou à domicile. »

Si ces soins proactifs sont interrompus, les patients se retrouvent avec un état de santé dégradé et de plus grandes chances de contracter le virus. « Je ne pense pas que cet aspect ait fait l'objet d'une attention particulière, et je pense que les soins à domicile ont un énorme potentiel pour aider dans la crise du Covid-19 », a ajouté Sharmila Dissanaike.

Moins de visites, moins de soins

« Je pense que l'utilisation des soins à domicile et de la télémédecine pour éloigner les patients de l'hôpital est la bonne chose à faire », a déclaré Sharmila Dissanaike. « Je ne pense pas que l'accent ait suffisamment été mis sur la santé à domicile pour [y parvenir]. »

En utilisant le même exemple que précédemment, les soins des plaies peuvent être gérés par des prestataires de santé à domicile expérimentés via la télésanté. « Grâce à la télésanté vous avez aujourd'hui des caméras haute résolution qui permettent à un spécialiste des plaies d'être en mesure d'observer l'état d'une plaie, de déterminer si elle est infectée, si elle a besoin de respirer et si oui ou non une pommade spécifique [doit être utiliser] », a déclaré William A. Dombi. « Bien évidemment, les prestataires de soins à domicile ne peuvent pas changer le pansement d’une plaie à distance. Mais ils peuvent apprendre au patient ou à un membre de sa famille comment le faire. »

La crainte autour du coronavirus a entraîné une baisse du nombre de visites effectué par les prestataires de santé à domicile. Mais ils sont prêts pour un retour à des conditions plus normales - et la quantité accrue de chirurgies électives ainsi que la diminution du nombre de patients refusant les soins à domicile devraient donner un grand coup de pouce aux entreprises.

Pourtant, la gestion de cette vague de patients post-opératoires et de patients qui n'ont pas été soignés pendant une période prolongée pourrait s'avérer accablante. « Vous avez des agences qui sont affectées par le manque de personnel et certains des défis qui accompagnent [l'achat] d'EPI », a déclaré Beth Prince, vice-présidente de la gestion des revenus pour le groupe Corridor. « Ces agences sont impactées dans toutes les facettes de leur entreprise. » Si la demande augmente pour atteindre les niveaux antérieurs à la crise de Covid-19, voire supérieurs, les agences pourraient ne pas être en mesure d'assumer la charge de travail.

Actuellement, le refus continu de soins a déjà conduit à des résultats surprenants.

Début avril, l'État de New York signalait que chaque jour, environ 200 personnes mouraient du Covid-19 à leur domicile. Les victimes de crises cardiaques et d’AVC sont restées impuissantes, ne sachant pas où aller ni si elles devaient défier les ordres de rester à la maison.

Au milieu d'une épidémie d'opioïdes persistante aux États-Unis, les patients incapables de faire face à des niveaux de douleur de plus en plus intenses pourraient devenir dépendants de certains médicaments, a déclaré William A. Dombi. En fin de compte, tout cela signifie que les prestataires de soins à domicile pourraient être confrontés à une population encore plus malade et plus vulnérable qu'avant le Covid-19.

« Ce sont des individus très vulnérables, dont la plupart sont des personnes âgées », a déclaré William A. Dombi. « Les personnes qui se retrouvent sans soins verront probablement une détérioration de leur état, pouvant nécessiter des services d'urgence et une hospitalisation… c’est très préoccupant. »

 

Source : Homehealthcarenews

Author